"Laura, ma fille et l'aliénation parentale: notre histoire"

Dossier Laura

  • Juillet 2020: Carlos Koplowitz introduit une action auprès de la Juge de Paix de Renens

afin de statuer sur la suite à donner à l’’éducation de Laura : Quand Laura peut-elle revoir son père ? La mère est-elle apte à garantir l’’équilibre psychologique de Laura ?

L’’aliénation parentale est-elle nourrie encore aujourd’’hui par la mère ?

  • Septembre 2020: La Juge décide de mandater une expertise auprès de l’’Hôpital deCery

qui est refusée par la mère sous prétexte que le rapport effectué dans ce même hôpital en 2015 ne lui avait pas été favorable.

  • Novembre 2020: La juge mandate une deuxième cellule psychiatrique

afin d’effectuer une expertise psychologique de l’’enfant et des compétences parentales de la mère, Mme Alexia W. , et de moi-même.

  • Mai 2021: Mme Alexia W. refuse que Laura puisse voir son père. 
  • Juillet 2021: L’enfant témoigne devant la Juge qu’elle ne veut plus voir son père.
  • Août 2021: Les experts de Céry communiquent…

… qu’’il n’est pas possible de rendre un résultat sur les compétences parentales du père car la mère et la fille bloquent tout contact avec le père.

La juge décide tout de même de recevoir le résultat des analyses que les experts peuvent fournir à ce jour.

  • Septembre 2021: Mme Alexia W. refuse qu’un rapport  psychologique de cette cellule psychiatrique soit versé au dossier

au motif que les experts sont estimés partiaux par Mme Alexia W. et soutiennent toujours le père – d’après la mère.

  • Octobre 2021: La Juge décide non seulement d’accepter que le rapport soit versé au dossier

mais également de mandater la Direction Générale de l’Enfance et de la Jeunesse pour entreprendre une expertise sur les compétences parentales et sur la situation de santé de Laura.

Le DGEJ accepte le mandat qui pourra débuter dans le meilleur des cas en mai 2022 …… et dans le pire … … Dieu sait quand.

  • Novembre 2021: Dans un courrier adressé à la juge, Carlos Koplowitz propose que Laura soit admise au plus tôt dans un foyer

afin de la protéger des dysfonctionnements de la mère qui la perturbent dans son développement psychologique et émotionnel.

  • Février  2022 : Juge décide de dessaisir la mère et l’avocat de la défense des intérêts de Laura

pour les confier à un avocat curateur personnel qui aura pour mandat de s’occuper uniquement des intérêts de Laura.

  • Juin 2022 : En audience le père décide de ne pas demander la mise en foyer de sa fille.

Cette solution est en effet inappropriée. La Juge décide de limiter l’autorité parentale de la mère et de confier à la DGEJ le mandat de suivre l’éducation de Laura. Une assistante sociale viendra contrôler, analyser et conseiller.

La Juge décide également de mandater Famille Action et la cellule de psychologie « les Boréales » afin qu’ils puissent suivre psychologiquement Laura dans son évolution et l’aider, dans la mesure du possible, à reprendre contact avec son père.

La Juge de paix fera le point dans 6 mois sur les mesures mises en place et également d’aborder le sujet de la pédopsychiatre de Laura qui devrait dans l’idéal être remplacée par une professionnelle « neutre » et « indépendante ».

Toutes ces mesures sont un succès pour le père qui voit ainsi l’Etat prendre soin de l’éducation de Laura.

 

alienation_3